Biberon_Dodie_002

Il est rare ces derniers temps que je regarde la télévision tard et c’est donc avec plaisir que j’ai suivi lundi en 8 l’excellent magazine d’information « Complément d’enquête », proposé par Benoît Duquesne sur France 2. Avec plaisir… et inquiétude vu ce que j’y ai appris.

Ce n’est pas la première fois que j’entendais qu’il fallait se méfier des biberons en plastique mais, ne disposant pas d’informations précises, je ne m’étais jamais vraiment alertée. Après ce « Complément d’enquête » intitulé cette semaine-là
« Ces nouveaux poisons qui nous entourent », un de mes premiers gestes a été de commander des biberons « bio ».

Selon le reportage diffusé, « Biberons empoisonnés », les biberons en plastique polycarbonaté, qui représentent 90% des biberons commercialisés en France, contiennent en effet (et entre autres…) du bisphénol A (BPA), un produit toxique invisible qui jouerait le rôle de perturbateur hormonal. Le bisphénol A pourrait être en cause notamment dans la baisse de production des spermatozoïdes chez l’homme.

Le gouvernement du Canada interdit désormais la vente et la publicité des biberons de polycarbonate même s’il convient de dire que les études scientifiques ont montré que les niveaux d’exposition au bisphénol A sont inférieurs à ceux qui pourraient entraîner des effets sur la santé. Mais, compte tenu de l’incertitude soulevée dans certaines études sur les effets potentiels de faibles niveaux de bisphénol A, le gouvernement du Canada préfère prendre des mesures de précaution dans le cadre de son Plan de gestion des produits chimiques, afin de protéger davantage les nourrissons et les jeunes enfants. C’est particulièrement lorsque le bisphénol A entre en contact avec de l’eau très chaude dans le biberon qu’il se dégage de la bouteille à un taux beaucoup plus élevé, d’où les interrogations quant à l’utilisation du micro-ondes pour chauffer les biberons.

Qu’en est-il en Europe et en France, me direz-vous ? Le BPA est autorisé dans les matériaux en contact avec des aliments dans l’Union européenne, mais aussi aux États-Unis et au Japon. Sur le site de Dodie (dont les biberons triangulaires Classiques sont en polycarbonate), on se défend en invoquant l’avis des autorités sanitaires françaises et européennes. Le 13 novembre 2008, l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) s’est en effet exprimée sur le bisphénol A : « (…) Pour l'ensemble des groupes de population étudiés [y compris les nourrissons], les estimations d'exposition étaient inférieures à 30 % de la dose journalière tolérable, la dose maximale de bisphénol A ingérée reste donc largement inférieure à la dose maximale acceptable sur le plan toxicologique. »

Quid du chauffage au micro-ondes contre lequel nous alerte les Candiens ? Selon un avis publié le même jour par l’AFSSA, en cas de chauffage au micro-ondes: « les quantités de BPA transférable à l’aliment sont très faibles et restent très inférieures à la valeur maximale de migration  retenue par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (AESA)».

Alors, pas de souci en ce qui concerne ces biberons ? Je vous laisse juge mais, moi, j’en reviens à ce qu’a dit René Habert, professeur à l’Inserm,  interrogé par Benoît Duquesne dans « Complément d’enquête » : l’application du principe de précaution voudrait que la France interdise elle aussi les biberons en polycarbonate. Et je me réjouis de recevoir bientôt mes biberons
« bio » pour Antoine. Quelqu’un veut des Dodie ?!…

Cliquer ici pour savoir si vos biberons sont faits de polycarbonate à base de bisphénol A et ici (cliquer ensuite sur toxicnation.ca) pour vous prémunir de manière plus générale contre le bisphénol A.