G_teau_ricotta_orange_017

Si je n’aime que très modérément l’hiver (un euphémisme s'il en est !), un de mes plaisirs renouvelés en cette saison est de cuisiner les agrumes. Grâce aux beaux citrons que nous avions rapportés de Menton, j’ai pu faire courant janvier la tarte au citron et le gâteau citron-amandes « à tomber par terre de Cléa.

Comme, en plus des agrumes, j’adore aussi la ricotta, quand j’ai vu la recette du moelleux de ricotta à l’orange dans le dernier Elle à table, j’ai su qu’il fallait absolument que je l’essaie.

Simplissime, je vous dis ! Un récipient dans lequel vous mélangez tous les ingrédients, un moule à gâteau où verser le tout et hop, au four ! Le plus compliqué sera de nettoyer la râpe si, comme moi, vous n’avez pas le super zesteur recommandé par Pascale.

Ce mœlleux ressemble à s'y méprendre au fiadone, dessert traditionnel corse fait à base de brocciu  (brousse de brebis) et à la texture dense et « mouillée ». Cléa (toujours la même !) l’a réinterprété en utilisant de la faisselle et du citron, au lieu de la ricotta et de l’orange. N’hésitez donc pas à faire vos propres variantes !

Si vous aussi, vous êtes fan de ricotta, je vous conseille d’aller ici ou pour glaner des idées sur comment l’utiliser, version salée ou sucrée.

ET ENFIN, LA RECETTE (j’ai – forcément ! – un peu réduit les quantités de sucre par rapport à la recette de Elle à table, qui les avait déjà diminuées par rapport au fiadone classique) :

3 œufs
50g de sucre (de préférence du sucre complet de canne blond)
1 pot de ricotta, soit 250g (disponible en grandes surfaces)
1 orange, de préférence non traitée

* Préchauffez le four à th.6/180°C.
* Dans un grand bol, battez les œufs avec le sucre.
* Ajoutez la ricotta, le jus et le zeste de l’orange. Mélangez bien.
* Versez la préparation dans un moule à gâteau (je pense qu’un plat à gratin, en céramique ou en verre, peut aussi convenir vu la texture du gâteau).
* Enfournez et faites cuire 20 min. environ. Servir à même le plat. (Je n’ai personnellement pas réussi à le faire dorer sur le dessus mais il n’en était pas moins bon.)