Tartufo_006

Il nous aura fallu des années avant de le découvrir alors que ce restaurant est une institution du quartier. Ouvert depuis 1986, ce lieu qui propose de la « cuisine d’Italie » ne sert que le midi et en semaine. Ce serait pourtant dommage de passer à côté de ses bons plats maison tout en fraîcheur et en authenticité.

Poussez le rideau qui protège l’entrée et pénétrez dans la grande salle dont la blancheur est ponctuée par le rouge des banquettes et le noir et blanc des photos accrochées au mur. Sobriété, simplicité, élégance : une salle comme je les aime. Le restaurant étant quasiment toujours plein, il y règne une jolie activité.

Tartufo_013

Jean Marco Asti, le patron, originaire de Livorno, en Toscane, est seul en salle avec sa jeune serveuse. Ici, pas de carte : c’est lui qui vous annonce de son accent chantant les entrées et plats du jour. Rien qu’à l’entendre, on a déjà passé la frontière transalpine et on a les papilles en éveil.

Lundi dernier, c’était, en entrée, au choix, artichauts violets crus, assiette de speck servie avec une compote d’aubergines, tartine de dés d’aubergine et de mozzarella, panaché de salade avec coppa croustillante et ricotta ou assiette d’antipasti. Les produits sont frais, de saison, typés italiens. Après avoir croqué vos grissini, vous serez promptement servi(e) (c’est majoritairement une clientèle d’habitués pressés que l’on retrouve sur les banquettes).

Aurez-vous craqué  pour la généreuse pasta du jour (tortellini au jambon cru, crème parmesan) ou l’osso bucco accompagné de son risotto et gremolata ? Il y a aussi le classique carpaccio de bœuf accompagné de ses pommes rissolées. Ou encore les riches escalopes panées pancetta-mozzarella. Vous l’aurez compris, les fromages et charcuteries italiens sont à la fête ici et je vous conseille vivement de passer de la fraîcheur de la ricotta en salade, mariée au croustillant de la coppa, au fondant de la mozzarella des escalopines.

Si j’ai – exceptionnellement, car nous y allons régulièrement – été déçue par l’osso bucco, c’est que celui de Gilbert est savoureux… et que mon risotto ne l’est pas moins ! Quant à la gremolata, je rêvais de m’y initier depuis quelques semaines mais la présence d’anchois dans celle-ci a un peu trop couvert le goût du veau à mon goût.

Cette fois-ci (retour du Club Med oblige !), j’ai résisté à la tentation de la délicieuse panna cotta maison (nature ou réglisse) pour me contenter de jolies fraises de saison. D’aucuns ont été plus gourmands que moi et ont fait honneur à la glace caramel au beurre salé de Terre Adélice. Avec un peu de tarte pralines « on the side » pour ne pas avoir de regret ! Un ristretto et son petit biscuit à l’amaretto plus tard, vous vous promettez de revenir dès que vous aurez envie de déjeuner en ville car ce restaurant a une qualité essentielle : la constance. Dans l’accueil, le service, la fraîcheur et la qualité des plats. Rien à voir avec Tartuffe, donc.*

Pour d’autres avis que le mien, cliquez ici.

Tartufo (* veut dire « truffe » en italien)
37 rue Sainte Hélène – 69002 LYON (métro Ampère)
04 78 37 22 42
menu à 19 euros le midi (entrée, plat, dessert)
fermé samedi et dimanche ainsi que le soir