bib

Le 5 février dernier, l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) a - enfin -  rendu un avis sur l'éventuelle dangerosité du bisphénol A (BPA). Cet avis estime que les études récentes ne permettent pas de conclure à la toxicité de cette substance, mais reconnaît qu’il y a des « signaux d’alerte » et des éléments nouveaux, avec notamment l’apparition d’ « effets subtils » sur de jeunes rats..

Remettant en cause les études incriminant le BPA, l’Afssa propose de mener des études supplémentaires avec de nouvelles méthodologies. L’agence se propose de discuter de la diminution de la « dose journalière autorisée ». Cela représente un pas en avant par rapport aux positions précédentes de l’Afssa (cf. mon billet du 27 avril 2009 à ce sujet).

Ce n’est cependant pas suffisant aux yeux des écologistes et notamment de Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts et tête de liste d'Europe Ecologie en Ile-de-France, qui a demandé "le retrait immédiat des biberons contenant du bisphénol A".

Je vous rappelle que le BPA est présent dans la plupart des biberons classiques (90% de ceux commercialisés en France) mais aussi dans les boîtes de conserve et les cannettes. Cette substance se libère plus facilement si le récipient contient un liquide chauffé à forte température, d’où les inquiétudes liées aux biberons chauffés au micro-ondes. Le bisphénol A est un perturbateur hormonal. Des expériences sur des animaux ont également montré son impact sur le comportement, la fertilité, le développement de cancers ou encore l'obésité.

Le gouvernement canadien a interdit le bisphénol A depuis octobre 2008, suivant le principe de précaution. Si vous n’avez pas encore changé vos biberons, allez donc vite par ici ou par (j’ai personnellement acheté des biberons Green to Grow il y a un an et en suis plutôt contente).

NB : Comment reconnaître un biberon avec BPA ? Le fond de la bouteille est marquée du symbole de récupération accompagné du chiffre « 7 » ou des lettres « PC ».

NB 2 : Pour vous prémunir contre le BPA, vous pouvez lire le guide conso du Réseau Environnement Santé (RES).

NB 3 : Si vous souhaitez signer la pétition contre le bisphénol A dans les plastiques alimentaires, cliquez ici.

NB4 : Je vous renvoie aussi à mon premier billet sur le BPA, le 13 janvier 2009.

Source : jdd du 5 février 2010.