IMG_0311

Photo prise devant une boutique de Gryon - canton de Vaud

Me voilà revenue, après une semaine passée à la montagne, en Suisse, dans le canton de VaudRevenue pour le début de ma saison préférée, revenue et reconnectée (merci le wifi…) après une semaine sans routine… et sans cuisine !

Ce n’est pas seulement avec l’accent de ma monitrice de raquettes que j’ai voyagé, mais grâce à des produits qu’on ne trouve pas – ou plus difficilement - chez nous. Sous couvert de faire du sport, j’ai donc goûté les spécialités locales : l’Etivaz (un fromage AOC à pâte pressée), chocolat Ragusa et biscuits Ovomaltine. Si j'ai raté l'occasion de goûter la raisinée, j’ai cueilli et testé l'ail des ours frais, à ne pas confondre avec les feuilles de muguet (je ne vous le recommande que si vous avez des Fisherman’s Friend sous la main pour faire passer le goût très fort !).

J’ai appris à distinguer les épicéas des sapins blancs, à identifier le massif des Diablerets et admiré les crocus qui sortaient de terre. Enfin, j’ai arpenté les bords du lac Léman à Vevey et à Ouchy et discuté du nucléaire en Suisse, suite à la catastrophe japonaise. 

Et la cuisine dans tout ça ? Ne mésestimez pas un groupe de femmes qui marchent ensemble pendant plusieurs heures en raquettes : la cuisine viendra forcément sur le tapis (neigeux) ! J’espère recevoir bientôt les recettes dont l’une d’elles m’a parlé et pouvoir les partager avec vous.

En attendant, quelques recommandations de lectures dévorées pendant ces vacances :

* Un roman français de Frédéric Beigbeder : si j’ai été un peu déçue que l’auteur se limite à ses plus jeunes années (l’adolescence est rapidement abordée et les années de formation qui l’ont mené à devenir écrivain, pas du tout), j’ai cependant été touchée par cette mémoire d’enfance qui lui est revenue à l’occasion de sa garde à vue de 2009 (pour consommation de cocaïne sur la voie publique). Un roman facile, oubliable mais agréable.

Mary Ann in Autumn  d’Armistead Maupin : le tout dernier tome des Chroniques de San Fransisco. Après 20 ans passés à New York, Mary Ann revient à San Fransisco et trouve refuge chez Michael, son vieil ami, marié au jeune Ben. Pour les inconditionnels des Chroniques, plaisir de se replonger dans les eaux de la Bay et de retrouver notamment Anna Madrigal, l’ancienne logeuse de Mary Ann, toujours bien entourée. (Je me ferai un plaisir de prêter mon exemplaire en anglais à toute personne qui vit dans mes parages.)

* Sépharade d’Eliette Abécassis : l’auteure des peu gais Un heureux événement (2007) et Une affaire conjugale (2010) a commis ce livre en 2009 sans que j’en entende parler. Cette somme représente pourtant un formidable travail historique sur les Sépharades, que l’on découvre à travers le personnage d’Esther Vidal, juive marocaine née à Strasbourg, écrasée par le poids de la tradition et de la famille. Si la trame du livre (le secret qui sera révélé à Esther avant son mariage) est parfois un peu lourde et si certains développements lyriques ou historiques s’étirent en longueur, je n’en suis pas moins devenue sépharade avec Esther, voyageant dans le temps, de Mogador à Fès aux siècles derniers, en passant par Cordoue et Tolède au temps de l’Inquisition, avec des arrêts dans le désert berbère, à New York et à Strasbourg et une étape finale à Tel-Aviv. 2 commentaires lus sur Amazon attirent mon attention : 1/ sur la vision communautariste de ce livre, 2/ sur l’apologie qui y est faite d’Israël et de Tsahal. Ces critiques sont parfaitement justifiées, mais n’ont cependant pas gâché mon plaisir.

Je vous laisse avec les 10 éco-gestes pour célébrer le printemps proposé par Néoplanète. Pour ma part, je vais réinvestir dans des lombrics pour mon lombricompost, les précédents n’ayant pas survécu à l’hiver.

Et vous, comment célébrez-vous l’arrivée du printemps ?