IMGP2452

Non, je n’ai pas pris 3 mois de vacances, tout juste 3 semaines (dans notre idyllique cabanon). Mais qu'est-ce qui m'a tant occupé en juin, juillet et août ? (et aviez-vous seulement remarqué mon absence de la blogosphère ?!...) Les nausées (de grossesse : oui, la dernière, avant la quarantaine ;-), les papiers (pour acheter une maison, à Lyon, ou presque, celle-ci) et les idées (dans le cadre de mon engagement associatif accrû depuis mai).

Mon blog m’a-t-il manqué, lui qui faisait partie intégrante de ma vie ? Je ne saurais le dire, toute occupée à ces autres projets que je suis. Le break technologique du mois d’août m’a cependant été particulièrement profitable. Après plusieurs semaines à ne se préoccuper que de soleil et d’eau, à écouter et observer la nature environnante, à se nourrir de légumes et fruits frais et locaux, qui nécessitent à peine de cuisine, difficile de renouer avec la vie citadine, malgré le confort qu’elle apporte.

La question est plutôt : le blog VOUS a-t-il manqué ? N’ayant pas – encore – la réponse, je refais une petite incursion avec une recette sucrée, avant un semestre bien chargé (travaux, déménagement, naissance, et ouverture d’une nouvelle affaire pour Gilbert) dont je ne sais pas quelle place il laissera au blog...

Cette recette n’a rien de très original, mais elle nous a tellement régalés cet été que j’ai eu envie de la partager ici, même si j’y ai déjà proposé trois crumbles (un noisettes-chocolat aux poires, un poires, spéculoos et fleur de sel et enfin, un crumble de noisettes sur gratin de courge).

Je ne sais pas si c’est la semoule (une idée tirée du magazine Cuisine by Cyril Lignac) ou le beurre (qui a fait son grand retour chez moi cet été grâce à - ou à cause de ? - cette pâtisserie) qui a permis que le croquant du dessus de la pâte rivalise parfaitement avec le fondant du dessous, mais j’ai à chaque fois eu du mal à ne pas me resservir plus de… 2 fois, et je n'ai pas été la seule ! J’ai d’abord fait ce crumble dans la Drôme avec un mélange d’abricots Bergeron (adoucis par du miel de lavande) et de pêches et n’ai été inspirée par les pêches de vigne qu’après un passage chez Zone Verte, de retour à Lyon. Profitez-en vite pendant que c’est la saison : ces belles rustiques rougeaudes développent tout leur goût dans ce dessert anglo-saxon. 

Crumble aux pêches de vigne

Pour 4 à 6 personnes (par exemple : 4 personnes après un repas léger ou 6 personnes à goûter)

 * 3 à 4 grosses pêches de vigne bien mûres

* 125 g de poudre d’amandes

* 100 g de farine

* 75 g de semoule

* 90 g de sucre non raffiné

* 1 pincée de sel

* 90 g de beurre

1 – Pelez les pêches puis coupez-les en morceaux directement dans un plat à gratin de taille moyenne.

2 – Préchauffez le four à 180°C.

3 – Mélangez les ingrédients secs dans un saladier puis émiettez-y le beurre ramolli afin d’obtenir des miettes (crumbles) de pâte.

4 – Répartissez le crumble sur les fruits et enfournez 30 minutes. Dégustez tiède (accompagné d'une boule de glace vanille pour les plus gourmands).