13032_1268274982881_1110019374_30836600_6398292_n

Non, je ne vous ai pas abandonné(e )s, chers lecteurs et chers lectrices : simplement, la grippe était parmi nous ces derniers jours et m’a sérieusement (dé)mobilisée. J’ai l’impression d’avoir tout raté des infos de la semaine, notamment le déroulement du sommet de Copenhague, que j’ose encore espérer décisif...

Il y a cependant un événement que je n’ai pas raté (même si, so sorry, je n’avais pas eu le temps de vous en informer ici) - et heureusement - c’est le concert du groupe Prohom au Marché Gare, hier soir, à Lyon.

Prohom, vous connaissez ? Pas encore ? Prohom (de son nom de famille), pour moi, c’est d’abord Philippe, un ami lyonnais. Mais, bien au-delà de ça, c’est un artiste et un groupe que je suis depuis une petite dizaine d’années et aux concerts et albums desquels je suis de plus en plus accro.  Comment vous en parler ? Wikipédia dit que sa musique est un mélange de rock et de musique électronique : ça me semble un bon résumé mais je ne sais pas si l’artiste en dirait autant, surtout depuis qu’il a transformé son groupe pour former un plus intime duo avec le pianiste Christian Fradin.

Prohom, pour moi, ce sont surtout des textes et des musiques originaux (dont il est l’auteur-compositeur-interprète), un univers bien à lui, et une voix et une présence sur scène qui se sont affirmées au fil des années. Des chansons pas toujours gaies mais souvent poignantes, avec quelques titres plus légers et entraînants. Prohom, c’est aussi un artiste indépendant, qui a ramé et le dit, et qui n’hésite pas à nous faire partager ses coups de gueule comme ses coups de blues.

Prohom, hier soir, c’était le nouveau duo et tous leurs invités réunis pour une soirée unique et festive : les médiatiques Aston Villa et des groupes lyonnais plus confidentiels, Billie, Burridane, Fake Oddity et Laisy Daisy.

Vous avez le sentiment d’avoir raté quelques chose ? Retrouvez Prohom en albums ou en concert, en première partie de Volo à la Cigale, à Paris, le 16 février prochain. Pour connaître les autres dates (à venir) de sa tournée 2010, restez à l’affût sur son site.

Moi, je suis peut-être larguée côté Copenhague mais j’ai choisi mon camp : pour sauver la planète, je vote PROHOMhagen !

Suppléments :
* Pour lire l’interview que Philippe Prohom a donnée à Lyon Capitale dernièrement, c’est par .
* Pour sauver la planète, vous pouvez aussi signer la pétition pour le climat sur hopenhagen.org !